Aller au contenu

Village People : «Plus qu’un groupe, on est une famille»

CE SOIR À LA TÉLÉ - Stars des années 70 et 80, les Village People seront ce soir dans Les Années bonheur. Alors qu’ils participeront, à la rentrée, à la tournée Discollection aux côtés d’autres artistes, ils sont revenus sur leur parcours. Retour sur l’histoire de ce groupe de légende.

Si les artistes de Village People sont américains, l’idée même du groupe est née en France. Ce sont en effet les producteurs tricolores Jacques Morali et Henri Belolo qui, en se baladant dans Greenwich Village (d’où le nom du groupe) à New York, ont accosté Felipe Rose, déjà déguisé en Indien. «J’étais au bon endroit au bon moment. Ils m’ont abordé pour me parler de cette idée de groupe. J’ai trouvé cela fou, mais aussi amusant. Alors j’ai dit oui», explique-t-il.

Au départ, le groupe est créé pour plaire à la population gay. Leur premier album, sorti en 1977, lui est d’ailleurs dédié. «Jacques a pensé mettre en avant des stéréotypes américains. Il voulait aussi écrire sur des lieux mythiques comme San Francisco», raconte Pablo Vidal, le policier. Le succès est immédiatement au rendez-vous. Leur label (Casablanca Records) décide ensuite de changer un peu leur image pour élargir le public. «L’idée était de calquer les héros d’action pour plaire aux différentes générations: jeunes, adultes, enfants… Du coup, on avait des motos ou des jeeps sur scène», poursuit l’Indien. Le groupe sort neuf albums de 1977 à 1985.

Si, depuis, ils n’ont sorti qu’un nouvel opus (Let’s Go Back to the Dance Floor) en 2013, ils ne chôment pas pour autant, enchaînant concerts et festivals tout au long de l’année. «Nous avons sillonné les États-Unis et le monde. Ce qui est drôle, c’est que les fans qui étaient dans les clubs à nos débuts viennent maintenant à nos concerts avec leurs petits-enfants. Nous sommes très fiers de cela», note Alex Briley, le soldat.

Au fil des ans, certains membres ont quitté le groupe. Le policier a ainsi changé trois fois d’identité tout comme le motard. Restent, de la composition originelle, l’Indien, le soldat et l’ouvrier. Le groupe actuel est très lié. «Plus qu’un groupe, on est une famille», confie Chris K. le motard. Une famille qui viendra faire danser l’Hexagone en septembre pour trois semaines de tournée avec le Discollection Tour.

100 millions de disques vendus

Les tubes du groupe Village People comme YMCA, In the Navy ou Macho Man continuent de faire danser la planète entière. En tout, la formation a vendu plus de 100 millions de disques! Elle entame la tournée Discollection qui se déroulera dans toute la France du 2 septembre au 16 octobre. «Nous sommes heureux de retrouver le public français», disent-ils en chœur.